Rencontre avec des praticiens en RDP à Venise

A l’occasion de la conférence de Jean Ambrosi sur les maux du siècle, plusieurs praticiens ont rencontré des personnes qui souhaitaient leur poser des questions sur cette discipline et amorcer éventuellement un travail de Relance.

Merci aux participants extérieurs et aux praticiens: Sophie Cohen-Scali, Jacques Grandjean, Jean Ambrosi, Brigitte Maury, Jocelyne Wagner et Thomas Girard.

Ces rencontres pourront se répéter ailleurs, nous vous tiendrons informés.

Rendez-vous le 25 octobre à Venise

La prochaine conférence de Jean Ambrosi intitulée « Les maux du siècle et la Relance de la Dynamique Personnelle » se tiendra à Venise le jeudi 25 octobre à 18h, Laguna Libre (Cannaregio 969, Palazzo Surian Bellotto), sous l’égide de l’Alliance Française de Venise.

Les maux du siècle ont été déjà évoqués et développés, car ils sont les principales raisons de mal-être actuels: deuils non accomplis, dépressions, burn-out, perte des rythmes naturels, traumatismes.

Cette conférence aura lieu en français, avec une traduction en italien.

Inscription  nécessaire: eventi@afvenezia.it

Merci pour votre présence à la conférence du 4 octobre

Le thème de la relation thérapeutique a été abordé en parlant notamment de la déprise, qui permet au thérapeute de rencontrer la personne qui vient le voir sans être parasité par une ressemblance ou un rappel d’une autre personne. Ceci est un aspect fondamental auquel chaque praticien /praticienne se prépare afin d’être totalement disponible pour chaque personne qui vient consulter. Cette relation permet d’être disposé à lire le savoir de la personne et lui restituer. Il a été aussi question de la difficulté de l’idée du changement, des pathologies actuelles que sont les deuils  non accomplis, les dépressions, les burn-out, la perte des racines (donc du sol), et des messages donnés par les patients.

 

Rythme circadien et inflammasome, troubles de l’humeur, burn-out…

Thomas Girard a publié un article intitulé « Rythme circadien et inflammasome » (Pour la Science, Juin 2018).

Ces termes peuvent ne pas vous parler, mais il y est question de l’immunité, des réactions inflammatoires et de leur lien avec le moment de la journée. Des études ont montré que le rythme circadien permet des périodes de récupération pendant le sommeil, diminuant par exemple des processus inflammatoires. Des recherches s’intéressent aussi à l’inversion du rythme veille-sommeil et ses conséquences sur les processus inflammatoires et les risques inhérents.

Il apparaît que la perte du rythme fondamental de l’alternance veille-sommeil, au maximum sous forme de « désynchronisation » est à l’origine de troubles cognitifs, de l’humeur, de burn-out.

La relance propose un travail à une période clef qui est celle de la sortie du sommeil, permettant d’apporter des bénéfices en terme de prévention de maladies quand on travaille sur ses rythmes, son sommeil

article Thomas Girard inflammasome